En Tanzanie les albinos sont traqués pour leurs membres

Selon de récents signalements, les albinos continuent d’être “traqués comme des animaux” pour leurs membres en Tanzanie.

Des familles échangeraient leurs proches dans le but d’obtenir de l’argent et l’influence des personnes les plus puissantes du pays.

En Tanzanie certaines croyances ont la vie dure… selon des croyances(erronées/infondées) les parties du corps des albinos apporteraient à une personne richesse ou chance, avec des personnes prêtes à payer entre 3 000 et 4 000 dollars pour un membre, ou jusqu’à 75 000 dollars pour le corps entier, selon MailOnline .

En conséquence, les personnes atteintes d’albinisme sont souvent attaquées par des personnes qui souhaitent leur couper les membres, les laissant mutilés ou, dans de nombreux cas, morts.

L’albinisme touche une personne sur 1 400 en Tanzanie.

C’est une maladie héréditaire qui entraîne l’absence totale de pigmentation de la peau, des cheveux et des yeux.

Depuis le début des signalements liés aux tueries d’albinos(en Tanzanie), il y a eu 74 meurtres, 59 personnes atteintes d’albinisme ayant survécu à des attaques, 16 tombes ont été profanées pour des fragments de corps, mais il semblerait qu’il y en ait beaucoup d’autres non enregistrées.

Mwigulu Matonange n’avait que 10 ans lorsqu’il a été attaqué par deux hommes alors qu’il rentrait chez lui après l’école. Les hommes lui ont coupé le bras gauche avant de disparaître dans la jungle.

Après l’attaque brutale qui a eu lieu en février 2014, il a déclaré à IPP Media : “J’ai été retenu comme une chèvre sur le point d’être massacré.”

Dans cette affaire, les hommes étaient complètement étrangers à Mwigulu.

Le cas le plus récent enregistré est Pendo Emmanuelle Nundi, âgée de quatre ans, qui a été enlevée à son domicile en décembre. Son père et son oncle ont tous deux été arrêtés en lien avec sa disparition. Cependant, même avec une récompense de 1 130 £ offerte par la police, elle n’a toujours pas été retrouvée.

Concernant le père de Pendo il y aurait eu des soupçons sur lui dans la mesure où il a mis beaucoup de temps avant de signaler la disparition de la fillette.

Selon un rapport des Nations Unies, une femme de 38 ans aurait été agressée par son mari et quatre autres hommes alors qu’elle dormait en février 2013 sous le regard attentif de leur fille de huit ans.

Comme indiqué par le MailOnline , Josephat Torner, qui milite pour les droits des albinos, a posé la question suivante:

“Nous pouvons maintenant voir des parents impliqués dans la planification des attaques. Quel genre de guerre menons-nous si les parents et la famille font ce genre d’atrocités? À qui pouvons-nous faire confiance?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *